Rencontre de Cotonou sur l’attractivité et la compétitivité du territoire

//Rencontre de Cotonou sur l’attractivité et la compétitivité du territoire

Rencontre de Cotonou sur l’attractivité et la compétitivité du territoire

Les expériences de pôles de développement en Afrique au cœur des échanges

La Délégation à l’Aménagement du Territoire a organisé, les jeudi 17 et vendredi 18 novembre 2016 au Palais des Congrès de Cotonou, un atelier régional sur l’aménagement, l’attractivité et la compétitivité du territoire. Ce fut une rencontre d’échanges entre les responsables en charge de l’aménagement du territoire, venus du Maroc, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, du Gabon et du Burkina Faso. Autorisée par le conseil des Ministres, en sa session du 12 octobre 2016, cette rencontre visait à capitaliser les expériences des pays invités pour une mise en œuvre efficiente de l’agenda spatial qui propose l’essor économique du pays autour des pôles régionaux de développement.
Deux sessions ont meublé cette rencontre. La première a porté sur l’attractivité et la compétitivité du territoire : nouveaux enjeux de l’aménagement du territoire. La seconde session a été axée, elle, sur la construction des pôles de développement : enjeux, stratégie et opérationnalisation. Il s’agit de thématiques animées par des experts dont entre autres, Serigne DIA, directeur de l’ANAT du Sénégal et Saraka Allou, directeur général de l’aménagement du territoire de la Côte d’Ivoire.
C’est un atelier co-conduit par le ministère du cadre de vie et celui du plan représentés à la cérémonie d’ouverture de cette rencontre. L’aménagement du territoire n’a pas souvent été au cœur des débats sur l’action publique, relève Salomon Okiri, délégué à l’aménagement du territoire dans son mot de bienvenue. Pourtant récemment encore, poursuit-il, la Banque mondiale, dans son Rapport sur le développement dans le monde édition 2009, s’est efforcée d’interpeller les pouvoirs publics en plaçant ledit rapport sur le thème « repenser la géographie économique ». Il s’agissait, admet-il, d’un appel à ne plus faire le développement sans le territoire mais à plutôt territorialiser le développement. Cinq ans après, c’est la Banque africaine de développement qui sonne l’alerte dans les rapports « Perspectives économiques en Afrique « communément appelés PEA, éditions 2015 et 2016 consacrés respectivement aux thèmes, développement territorial et inclusion spatiale, villes durables et transformation structurelle en Afrique. Il est donc devenu clair, relève le délégué Salomon Okiri qu’on ne peut plus promouvoir le développement surtout durable en marge des politiques territoriales de façon générale. De toute façon, l’aménagement du territoire a créé sa propre dynamique et l’a même enrichie avec les notions d’attractivité et de compétitivité. «Au total, si nous marginalisons l’aménagement du territoire dans les politiques publiques, nous subirons le diktat des territoires mal aménagés que beaucoup de pays africains à l’instar du Bénin n’ont que trop longtemps subi», justifie-t-il. Pour lui, il est salutaire que des efforts ont été faits au Bénin pour asseoir un cadre stratégique pertinent reposant sur le trépied Déclaration de politique nationale d’aménagement du territoire, loi-cadre sur l’aménagement du territoire et schéma national d’aménagement du territoire.
La représentante du ministre du cadre de vie, la directrice de Cabinet, Jeanne Josette Acacha Akoha, a rappelé l’intérêt pour le Bénin de la mise en œuvre de son schéma national d’aménagement du territoire à travers la stratégie et les expériences des pays conviés à cette rencontre.

Pour des territoires attractifs

Pour le directeur adjoint de cabinet du ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement, Dr Sosthène Gnansounou, la rencontre de Cotonou répond à la nécessité de faire des territoires, des espaces attractifs et compétitifs. Le rythme de croissance de l’Afrique bien qu’élevé par rapport à la moyenne parait faible pour les enjeux de lutte contre la pauvreté. Le défi de croissance soutenable, durable exige d’engager la transformation structurelle articulée aux enjeux territoriaux et potentialités régionales, informe-t-il. « La mise en place de cadre d’échanges autour des différentes initiatives de développement aussi bien dans leur formulation que dans leur mise en œuvre est nécessaire pour d’une part, tirer les leçons de réussite des facteurs de réussite et des difficultés rencontrées dans la construction desdits pôles ; d’autre part, édifier une communauté africaine forte, unie et solidaire dans laquelle la concurrence cède la place à la complémentarité entre les Etats et les régions. Cette rencontre internationale intervient au moment où le gouvernement a adopté son Programme d’action qui aborde la relance durable du développement économique et social du Bénin. Il prend appui sur trois piliers dont celui portant sur la transformation structurelle de l’économie béninoise et l’amélioration des conditions de vie des populations. Le développement équilibré et durable de l’espace national y figure en bonne place.

La directrice de cabinet du ministère du Cadre de vie et du Développement durable explique que le gouvernement se base sur une démarche qui implique les principales options d’aménagement à savoir un aménagement, à travers les pôles de développement et les réseaux structurants, qui renforce la solidarité et la complémentarité avec les voisins et qui assure la gestion durable des ressources territoriales. Le défi actuel est celui de la mise en œuvre effective de ces options d’aménagement. La rencontre en cours constitue, a-t-elle précisé, une occasion propice pour promouvoir une nouvelle démarche d’aménagement optimale pour la mise en œuvre de son schéma national d’aménagement du territoire. Elle dit espérer que la rencontre permettra de partager les expériences en termes de bonnes pratiques sachant qu’il n’existe pas de modèle d’intervention mais qu’il s’agit d’acquérir une démarche pour l’adapter à chaque contexte local ou national.

2019-03-09T06:15:42+02:00